Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Tannhauser's Gate

Tannhauser's Gate

Lectures, chroniques, interviews, news, polars et romans noir, sf et fantasy


"Aucun souvenir assez solide", Alain Damasio, La Volte

Publié par Tannhauser sur 1 Septembre 2014, 15:11pm

Catégories : #Aucun souvenir assez solide, #Alain Damasio, #La Volte, #Chroniques

Avec ses deux romans « La Horde du Contrevent » et « La Zone du Dehors », Alain Damasio a acquis une place à part dans la littérature de science-fiction. Une place acquise par le souffle sans pareil de son style, de sa prose et de ses récits polyphoniques ainsi que par ses nombreuses références philosophiques.

Il nous montre aujourd’hui d’autres facettes de son talent dans ce recueil de dix nouvelles explorant différents genres tels que l’anticipation avec « Les hauts parleurs » dans laquelle nous découvrons un monde où le langage a été privatisé et où des îlots de résistance subsistent pour faire vivre une langue libre d’accès et libre d’usage. Dans « Les hybres », le lecteur est confronté à un fantastique plus classique avec le récit d’un artiste se révélant chasseur et créateur. D’autres nouvelles comme « Le bruit des bagues » ou « C@ptch@ » relèvent plus d’une science-fiction flirtant avec le cyberpunk.

Et que dire de la nouvelle « Une stupéfiante salve d’escarbilles de houille écarlate »… Le titre est déjà un véritable délice à lui tout seul, mais c’est sans parler du bonheur de retrouver la ville d’Alticcio pour une variation autour du vif et du duel. Cette fois-ci, nulle joute de troubadours telle que celle opposant Caracole à Sélème le Stylite dans un chapitre inoubliable de « La Horde du Contrevent », mais une course aérienne dont je ne vais rien révéler si ce n’est qu’il est question d’amour, de mu, de vitesse et de métamorphose…

Le tour de force d’Alain Damasio est de traiter tous ces thèmes en y apportant sa touche personnelle, grâce à une écriture poétique, travaillant sans relâche la langue, jouant sur les mots, sur les sons, jonglant avec les néologismes, les allitérations ou les assonances et parsemant le tout de jeux typographiques.

On trouve tout au long du recueil les thèmes chers à l’auteur comme le lien, le mouvement, la lutte, la ville, mais aussi le manque amoureux ou le deuil dans des nouvelles pleines d’émotions telles que « Annah à travers la harpe » et « Aucun souvenir assez solide ».

Enfin, il faut mentionner la très belle postface « Portrait de Damasio en aérophone » signée Systar, qui décrypte l’oeuvre et le style d’Alain Damasio au prisme de ses différentes influences philosophiques. Rappelons pour ceux qui souhaiteraient creuser encore l’importance de ces influences le très bel entretien entre Mathieu Potte-Bonneville et Alain Damasio dans le numéro 996 de la revue Europe consacré à Gilles Deleuze. Un entretien qui mérite d’être lu ne serait-ce que pour les quelques passages où Alain Damasio parle de cet éventuel tome II de « La Horde du Contrevent » mais il le précise : « que je me refuse pour l’instant à écrire »…

 

Update : Ce recueil  est paru depuis en Folio SF, alors n'attendez plus !

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents